Valorisation sous forme de matières

Le devenir des Recyclables

Le devenir du Verre

Le devenir des textiles

Le devenir des bouchons

Le devenir des médicaments

Le devenir des dechets d’activités de soins

Le devenir des capsules

Le devenir des stylos

Le devenir des Recyclables

Bouteilles et flacons en plastique

Papiers et cartonettes

Acier

Aluminium

Recyclage de la matière

1 – Transfert

Les collectivités adhérentes au SITOM assurent la collecte des Recyclables et leur vidage au quai de transfert du SITOM à Passy (sur le site de l’usine d’incinération). Ainsi, au quai de transfert, les Recyclables sont compactés dans des caissons de 30m³ pour réduire le volume à transporter jusqu’au centre de tri Excoffier de Villy-le Pelloux (à proximité d’Annecy, à environ 70 kms de Passy). Cela permet de diviser par 5 au minimun, le nombre de camion destinés à leur acheminement.

2 – Centre de tri

Au centre de tri, les Recyclables vont être séparés par matières grâce à différentes étapes :

– Le trommel : C’est un cylindre perforé et légèrement incliné qui tourne sur lui même. Les déchets multimatériaux vont être séparés en fonction de leur taille (déchets <18cm passent à travers les mailles et tombent sur un tapis roulant allant vers le crible à étoiles – déchets  >18cm principalement les journaux et cartons sont orientés vers le pré-tri.

– le crible à étoiles : les déchets passés à travers les perforations du trommel (déchets <18cm) ainsi que le flux d’emballages et corps creux (bouteilles et boîtes) sont acheminés jusqu’au crible à étoiles. Ils seront dispersés vers différentes zones (corps creux = overband, corps plats = tri optique).

– L’overband : Les corps creux (bouteilles et boîtes) passent sur un tapis roulant. Les boîtes de conserve en fer et acier sont attirées magnétiquement par un aimant appelé «overband» puis récupérées dans un box. La feraille est ensuite mise en paquets avant d’être orienté vers des fonderies.Le reste du flux continue son chemin vers le tri optique.

– Le tri optique 1 : Cet appareil reconnaît les différentes matières grâce à une analyse optique par Infra Rouge. Les matières sont alors triées en 3 catégories grâce à des impulsions d’air comprimé : les PET sont éjectés vers le haut pour un deuxième tri optique plus poussé – Les PEHD et briques alimentaires sont éjectés vers le bas – Les refus de tri, les fibreux et les alumineux ne sont pas éjectés. Ils iront vers une table de tri.

– Tri optique 2 «Mistral Bi-Techno» : Cet appareil reconnaît les matières mais également les couleurs. Il va permettre de séparer les PEHD et les briques alimentaires puis de différencier les PET clair des PET couleur. Les matières sont alors dirigées vers une table de contrôle.

– Les différentes types de contrôle : Contrôle des corps creux = L’oeil humain est nécessaire pour retirer du flux les produits ne correspondant pas au cahier des chargers des filières de recyclage (souillés..)

1 – Plastique : Les bouteilles et les flacons

Recyclage des bouteilles et flacons en plastique : 3 grandes étapes

Après collecte sur le territoire du SITOM, les déchets des Recyclables sont triés puis mise en balle de matière au centre de tri de Excoffier à Villy-le-Pelloux. Le plastique collecté sur le territoire du SITOM sera alors expédié vers une usine de recyclage.

Ci-dessous, voici les différentes étapes du recyclage plastique à partir de sa réception à l’usine de recyclage.

Tonnes en 2019

Etape n°1 «Tri optique»

Les balles de matières sont cassées, délitées et retriées en 3 catégories (PET clair pour les bouteilles transparentes incolores – PET foncé pour les bouteilles transparentes et colorées – PEHD pour les bouteilles opaques) pour contrôler la nature du déchet et enlever les impuretés et matières non conformes.

Réception des balles

Tri optique

Etape n°2 «Nettoyage, broyage et séchage»

Les bouteilles et flacons sont plongés dans l’eau et frictionnés pour ôter la colle et le reste des impuretés. Ils sont ensuite broyés en paillettes.

Nettoyage

Broyage

Etape n°3 «Fonte et transformation finale»

C’est l’étape de la régénération du plastique. Les paillettes sont fondues et transformées en granulés voire en fibres. Les granulés sont contrôlés en laboratoire avant d’être revendus aux plasturgistes.

Extrusion

Contrôle qualité

Que devient une bouteille en plastique après votre geste de tri ? Pour le savoir, une équipe de tournage a équipé une bouteille d’eau d’une balise GPS et l’a suivi à la trace. Découvrez ici le résultat en deux minutes de vidéo !

Bon à savoir

2- Papiers, cartons et briques alimentaires

Recyclage du papier : 3 grandes étapes

Après collecte sur le territoire du SITOM, les déchets des Recyclables sont triés puis conditionnés par matière au centre de tri de Excoffier à Villy-le-Pelloux. Le papier est expédié vers les papeteries partenaires d’Excoffier, pour recyclage. Le SITOM ayant signé un contrat avec ces entreprises pour le rachat et le recyclage de leur papier.

Ci-dessous, voici les différentes étapes du recyclage papier à partir de sa réception à l’usine de recyclage.

Tonnes en 2019

Etape n°1 «Le pulpage et le défibrage»

Les produits papiers-cartons usagés sont d’abord placés dans un pulpeur. Ce brassage dans de l’eau permet de rompre les liaisons entre les fibres de cellulose et de les séparer des produits résiduels qu’ils pourraient contenir.

Etape n°2 «L’épuration»

L’épuration sépare les fibres des éléments qui leur sont associés : colles, vernis, agrafes, plastiques… 

Etape n°3 «Le lavage»

Avant d’employer les vieux papiers ceux-ci sont lavés et stérilisés pour des raisons hygiéniques et bactériologiques. Les fibres rejoignent ensuite le procédé habituel de fabrication du papier-carton. Elles sont déposées sur une toile en mouvement où elles s’égouttent pour former une feuille qui sera pressée et séchée sur des cylindres chauffés à la vapeur. Une nouvelle feuille de papier est ainsi fabriquée

Bon à savoir

Les bénéfices du recyclage du papier sont multiples :
► Economie de matière première : une tonne de papier recyclé permet d’économiser 1,41 tonne de bois, 48,2 m3 d’eau et 10,25 Méga watts d’électricité. La fabrication du papier recyclé consomme 6 fois moins d’eau, 2 fois moins d’énergie. Elle génère 25 fois moins de pollution chimique et 6 fois moins de pollution biologique.
► Evite d’importer de la pâte à papier et du papier à cause de la consommation de papier plus importante en France que la production.
Le papier peut être recyclé 5 à 7 fois sans en altérer la qualité. Le carton peut lui être recyclé une dizaine de fois

3 – Acier

En 2018 sur le territoire du SITOM, 110 tonnes d’acier ont été collectées. Après collecte, celui-ci est alors revendu à l’entreprise «WINOA » situé dans le 38 qui se chargera de son recyclage.
Voici ci dessous un schèma vous présentant le processus de recyclage de l’acier à partir de sa réception à l’usine.

Tonnes en 2019

Avant d’être envoyé dans une usine de recyclage spécialisée dans le métal, l’acier est compacté en balles au centre de tri. Ce procédé permet de diminuer les coûts liés au transport.

Arrivé à destination, l’acier est broyé.

L’étape de la fonte est la plus importante. L’acier va fondre à très haute température (environ 1600°C). Suite à la combustion, on obtient une longue barre en acier appelé un «brame».

Une très longue plaque fine, la «tôle» est étirée entre des cylindres et enroulée en bobine, c’est l’étape du laminage. Les bobines d’acier sont ensuite revendues à d’autres usines qui les transformeront en produits pour l’industrie automobile (pièces de moteur, portes de voiture) ainsi que des produits que nous utilisons quotidiennement : boîtes de conserve, électroménager, armatures de fenêtre…

Que devient une boîte de conserve après votre geste de tri ? Pour le savoir, une équipe de tournage en a équipé une d’une balise GPS et l’a suivie à la trace. Découvrez ici le résultat en deux minutes de vidéo !

Bon à savoir

1,5 milliards, c’est le nombre de boîtes de conserve utilisées par an en France. Si on ne jette pas les emballages en acier dans le bac approprié, beaucoup de ressources naturelles et d’énergie seront gaspillées (700 tonnes de minerai de fer, 300 tonnes de coke, 600m3 d’eau et 3 500 MWh d’énergie. Faisons l’effort de les trier pour les recycler !

4 – Aluminium

L’aluminium est l’un des matériaux les plus recyclés. Ce matériau présente de nombreuses propriétés intéressantes : sa facilité de fabrication, sa durabilité, sa légèreté et surtout le fait de pouvoir le recycler à l’infini!

En 2018 sur le territoire du SITOM, 12 tonnes d’aluminium ont été collectées. Celui-ci est alors revendu à l’entreprise «AFFIMET» qui se chargera de son recyclage.

Voici ci dessous un schèma vous présentant le processus de recyclage de l’aluminium à partir de sa réception à l’usine.

Tonnes en 2019

Avant d’être envoyé dans un centre d’affinage, l’aluminium est compacté en balles. Ce procédé permet de diminuer les coûts liés au transport.

Dès son arrivée au centre d’affinage, l’aluminium sera broyé en petits morceaux puis tamisé pour éliminer tout ce qui n’est pas de l’aluminium et identifier les types d’alliages. Ce processus est important car il permet d’obtenir un métal répondant aux standards des clients. De plus, la présence d’impuretés telles que des matières organiques peut nuire au procédé de fusion en diminuant son efficacité.

Une fois l’aluminium trié, il est nettoyé puis asséché. Le métal doit être sec, car non seulement la présence d’eau nuit au procédé, mais elle représente un risque d’explosion lors de la refonte du métal. Lorsque la préparation du métal est terminé, il peut être transféré au four de fusion. Durant cette étape, les morceaux d’aluminium fondent dans le four à plus de 700°C.

A la sortie du four, l’aluminium liquide est coulé dans des moules en forme de lingots qui sont par la suite envoyés dans des fonderies pour être transformés en de nouveaux produits : canettes, papiers d’emballage de chocolat, radiateurs, semelles de fer à repasser…

Que devient une canette en aluminium après votre geste de tri ? Pour le savoir, une équipe de tournage en a équipé une d’une balise GPS et l’a suivie à la trace. Découvrez ici le résultat en deux minutes de vidéo !

Bon à savoir

► La production de l’aluminium secondaire (= Aluminium obtenu à partir de rebuts d’aluminium recyclé) requière jusqu’à 95% moins d’énergie que l’aluminium primaire (= Aluminium fabriqué à partir d’alumine généralement extrait de la bauxite et isolé par procédé électrolytique) et permet la réduction des émissions en CO2 d’au moins 100 Mt par an.
► L’aluminium peut-être recyclé indéfiniment sans perte de qualité
► Actuellement environ 30% de l’aluminium produit mondialement provient du recyclage et 75% de l’aluminium produit en 1888 est encore en service.

Le devenir du Verre

Le Verre

1 – Transfert

Par la biais d’un contrat signé avec le SITOM, c’est la société Trigénium qui assure la collecte du verre dans toutes les collectivités adhérentes au SITOM. Trigénium vide le verre collecté sur l’aire de stockage du site de Passy depuis 2014. Ce verre sera ensuite récupéré par le verrier OI Manufacturing qui l’achemine par semi -remorques aux verreries situées à Gironcourt dans les Vosges ou à Béziers pour y être recyclé.

Tonnes en 2019

2 – Verrerie

«Tri du verre »

Dès son arrivée en verrerie, le verre part en centre de traitement pour être trié et ainsi retirer les éléments indésirables qui peuvent compromettre sa qualité (voir L’éco n°24).

Plusieurs étapes sont nécessaires ; tri manuel, tri optique et contrôle qualité. Le verre est ensuite broyé en «calcin».

«Fusion et fabrication de nouveaux contenants »

Le calcin est chauffé à 1500°C produisant ainsi du verre liquide. Ce verre fondu est retiré du four, refroidi à une température uniforme et coupé en «paraisons» (masse de verre en fusion). Chaque paraison tombe dans un moule qui sera souflé pour former un contenant en verre.

Les contenants formés passent dans l’étenderie, une machine qui les recuit et les refroidit graduellement afin de libérer le verre des contraintes et de le renforcer.

Que devient une bouteille en verre après votre geste de tri ? Pour le savoir, une équipe de tournage a équipé une bouteille d’huile d’une balise GPS et l’a suivie à la trace. Découvrez ici le résultat en deux minutes de vidéo !

Bon à savoir

Les bénéfices du recyclage du verre sont multiples :
► Economie de matières premières : 1 tonne de verre recyclé permet d’économiser 0,66 tonne de sable et 0,10 tonne de calcaire.
► Economie d’énergie : Chaque tonne de verre traité et broyé (calcin) permet une économie totale d’énergie de 100 kg de fuel et permet d’économiser 1,46 Méga watt par heure d’énergie.
► Economie d’eau : Une tonne de verre recyclé permet d’économiser 1,17m3 d’eau.
► Limiter l’impact sur l’effet de serre : l’utilisation de calcin dans le four permet également de diminuer les émissions de dioxyde de carbone (CO2).
► En fonction du verre souhaité (verre de vaisselle ou verre alimentaire : pots, yaourts, bouteilles…), des additifs seront ajoutés et permettront de le rendre plus brillant ou plus résistant. C’est la raison pour laquelle le verre de vaiselle (verres à boire, assiettes…) ne va pas dans le conteneur du verre !